Article sans titre

Publié le par C comme Corinne

Elle avance
Dans ce boueux
La pluie transperce sa pensée
En détrempe le sens

Il lui faut avancer
Cheveux collés
La vie est à ce prix

Elle surnage
Eaux troubles
La terre ferme écrase l'espérance
L'ancre dans l'instant

Marcher, marcher
Visage déformé
Acide hyalupresent
La vie s'efface

Elle avait imaginé
Elle pensait que
Cesser de...
Sans cesse....
Vivre sans.

Publié dans émotions

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

JM 07/05/2014 22:16


Pas là quand il faudrait...


A cours de texte, 


Les mots comme des "coquilles" de crabes sur la plage dévastée par une marée trop forte. Les jolies fleurs de mai emportées par l'orage... 


Une tendre pensée, une petite éclaircie, peut-être ?

C comme Corinne 11/05/2014 12:57


Mais oui. J'écris, je ne vis pas mes mots. Je les sens. Me sers de mes émotions et de mes tout à trac. Pas de panique. Les coquelicots tachent, on le sait bien et pourtant on les presse contre son
cœur... Baisers


libre necessite 07/05/2014 07:45


Marche forcée comme unique issue.


Je te souhaite un peu de soleil


Bises Dan

C comme Corinne 11/05/2014 12:55


Ah mais j'en ai, ne te méprend pas ! Peut être trop d'ailleurs et je m'y brûle...rire


brigitte giraud 06/05/2014 21:36


Histoire d'eau qui déforme, transforme, reforme le paysage intérieur. Le chemin invente le chemin, la pensée tricote ses connections, remonte le courant. On ajuste à l'infini.

C comme Corinne 07/05/2014 05:09


C'est exactement ainsi que tout se fait et se défait. Tu es bien sur au cœur de ma pensée. Baisers ma doucette